Google affirme qu'une décision de justice l'obligerait à « censurer » Internet | Engadget

Google affirme qu'une décision de justice l'obligerait à « censurer » Internet |  Engadget

Google a demandé à la Haute Cour d'Australie d'annuler une décision de 2020 qui, selon elle, pourrait avoir un effet « dévastateur » sur Internet au sens large. Dans un dossier déposé vendredi par le géant de la recherche, Google affirme qu'il sera contraint d' »agir en tant que censeur » si le plus haut tribunal du pays n'infirme pas une décision qui a accordé à un avocat 40 000$ en dommages-intérêts pour diffamation pour un article auquel la société avait lié via son moteur de recherche, rapporte The Guardian.

En2016, George Defteros, un avocat de l'État de Victoria dont la liste des anciens clients comprenait des personnes impliquées dans les meurtres notoires de gangs à Melbourne , a contacté Google pour demander à l'entreprise de supprimer un article de 2004 de The Age. L'article présentait des reportages sur les accusations de meurtre déposées par les procureurs contre Defteros concernant la mort de trois hommes. Ces accusations ont ensuite été abandonnées en 2005. La société a refusé de supprimer l'article de ses résultats de recherche car elle considérait la publication comme une source fiable.

L'affaire a finalement été portée devant les tribunaux avec Defteros argumentant avec succès l'article et les résultats de recherche de Google l'avaient diffamé. Le juge qui a supervisé l'affaire a statué que les reportages de The Age avaient laissé entendre que Defteros avait été à l'aise avec la clandestinité criminelle de Melbourne. La Cour d'appel de Victoria a par la suite rejeté une offre de Google visant à annuler la décision.

Du point de vue de Google, il s'agit ici de l'un des éléments fondamentaux d'Internet. « Un hyperlien n'est pas, en soi, la communication de ce vers quoi il renvoie », soutient la société dans sa soumission à la Haute Cour. Si le jugement de 2020 est maintenu, Google affirme qu'il le rendra « responsable en tant qu'éditeur de tout sujet publié sur le Web vers lequel ses résultats de recherche fournissent un lien hypertexte », y compris les actualités provenant de sources fiables. Pour sa défense, l'entreprise invoque une décision 2011 de la Cour suprême du Canada selon laquelle un hyperlien ne constitue jamais en soi une publication de contenu diffamatoire.

Nous avons contacté Google pour obtenir des commentaires.

Tous les produits recommandés par Engadget sont sélectionnés par notre équipe éditoriale, indépendante de notre maison mère. Certaines de nos histoires incluent des liens d'affiliation. Si vous achetez quelque chose via l'un de ces liens, nous pouvons gagner une commission d'affiliation.